1. Les CE6 de l’école centrale vous parlent de l’huile d’argan !
  2. Pelico, Julie et Guillaume visitent la coopérative de femmes Ajddigue à Tidzi
  3. Pelico a mélangé les étapes de préparation de l’huile d’argan !!!

Les CE6 de l’école centrale vous parlent de l’huile d’argan !

Aujourd’hui, Pelico et ses nouveaux Pelicopains du Maroc, ont décidé de vous faire découvrir un arbre typique de leur région !
L’arganier est un arbre millénaire d’origine marocaine. Il recouvre 70% de la surface boisée de la région du « Sud-Ouest Marocain ». On le trouve dans un triangle entre Essaouira (où se trouve Pelico en ce moment), Marrakech et Agadir. Ses racines sont très profondes et lui permettent de résister à de grandes sécheresses.

Toutes les parties de l’arbre sont utilisables : le bois et la coque des noyaux peuvent servir comme combustible ou compost, les feuilles et les fruits peuvent servir de fourrage pour les chèvres, et l’huile extraite de l’amande est utilisée en cuisine, en médecine traditionnelle et pour les produits cosmétiques.

Mais ce qui est sans doute le plus important, c’est que l’arganier est la dernière barrière de la région contre l’avancée du désert!

L’arganier présente de nombreuses vertus que les élèves vont vous expliquer mais il est menacé de disparition du paysage marocain… c´est pourquoi il devient urgent de le protéger!

Les élèves de CE6 de l’école centrale de SS Sidi Ben Maachou vous parlent de l’arganier :
N’oubliez pas de cliquer sur “cc” en bas à droite pour activer les sous-titres !!!

Voici quelques photos des élèves en classe et des dessins qu’ils ont réalisés pour vous sur l’arganier :

Connaissiez-vous cet arbre et ces vertus ? Avez-vous des idées pour protéger l’arganier ?

Pelico, Julie et Guillaume visitent la coopérative de femmes Ajddigue :

Traditionnellement ce sont les femmes qui fabriquent l’huile d’argan. Cette pratique s’est transmise de génération en génération et l’huile a toujours été utilisée par les femmes pour leur peau et leurs cheveux.
Ce n’est qu’à la fin des années 1990 que la production d’huile d’argan a pris de l’importance lorsque partout dans le monde on a commencé à s’intéresser aux vertus cosmétiques de l’argan, on l’appelle d’ailleurs “l’huile de beauté”. Aujourd’hui on en trouve très facilement en France même si ça reste très cher !

C’est donc lorsqu’il a fallu produire de grandes quantités que les femmes ont commencé à s’organiser en coopératives. Historiquement les femmes ne pouvaient pas travailler, et les revenus de leur famille dépendaient de ceux de leurs maris. Mais en 1996, les premières coopératives féminines sont créées et les femmes deviennent plus indépendantes et libres, avec de meilleures conditions de vie !

Pelico, Julie et Guillaume sont partis visiter l’une des premières coopératives. Elle s’appelle “Ajddigue”, ce qui signifie en langue Amazigh (c’est la langue des premiers habitants du Maroc : les berbères): “fleur”. Elle a été créée en 1997. De la direction à la production de l’huile, une quarantaine de femmes travaillent dans la coopérative et réalisent toutes les étapes de production de l’huile d’argan !

Voici un petit résumé de la visite :

Et vous, avez vous aussi des savoir-faire régionaux à faire partager aux élèves marocains?

Pelico a mélangé les étapes de préparation de l’huile d’argan… il a besoin de votre aide !

Etourdi comme il est, Pelico a perdu le son des vidéos qu’il a réalisé avec les enfants d’Essaouira. Mais il a aussi mélangé l’ordre des étapes de la préparation de l’huile d’argan !

Heureusement les CE6 de l’école S. S. Sidi Ben Maachou vous ont déjà appris comment on prépare l’huile d’argan !
Regardez la vidéo puis répondez au quizz en dessous pour aider Pelico à finir sa vidéo !

Alors pouvez-vous aider Pelico ?

Répondez à ce quizz et aidez Pelico à remettre les étapes dans le bon ordre !

10 réponses

  1. Oups, on a oublié qu’il fallait d’écosser le fruit avant de récupérer l’amande !! On saura pour la prochaine fois !

  2. As Salam Alaykom,
    et merci pour nous avoir appris ce que vous saviez sur l’huile d’argan… Nous n’avons pas compris pourquoi les arganiers disparaissent. Est-ce que vous vous servez de l’huile d’argan tous les jours? Avez-vous un arganier dans votre école?
    En France nous produisons de l’huile avec les graines de tournesols ou de colza et les noyaux d’olives ou avec des noix.
    Dans notre région nous avons des champs de tournesols et de colza mais nous produisons surtout des pommes pour le jus et le cidre.
    Nous avons bien aimé le jeu de Pélico… nous espérons qu’il yen aura d’autre…!
    A bientôt

    • Bonjour les pelicopains,
      Félicitation pour votre traduction du “bonjour” français 🙂
      Les arganiers disparaissent principalement car ils sont beaucoup exploités pour la fabrication d’huile et de ses dérivés …
      On utilise très souvent l’huile d’argan ici, dans la nourriture par exemple car c’est une huile avec laquelle on cuisine beaucoup !
      Il n’y a pas d’arganier dans l’école des élèves mais des oliviers et figuiers (il y a des arganiers partout aux alentours).
      Merci pour ces informations, Pelico s’envole dès demain pour les transmettre aux enfants 🙂

  3. Merci de nous avoir fait découvrir l’huile d’argan : c’était super intéressant!

  4. On a aimé les nouvelles vidéos et le quizz.

  5. Nous sommes ravis d’apprendre autant de choses ! Beaucoup d’élèves ne connaissaient pas … et ont maintenant envie d’en acheter !

    Nous avons quelques questions à vous poser ?

    – Pourquoi les hommes ne travaillent pas dans la coopérative ?

    – Est ce que les femmes gagnent beaucoup d’argent ?

    – Jusque quel âge les femmes travaillent-elles, nous avons été très étonnés de voir des femmes assez âgées travaillaient. Cela doit être difficile pour elles.

    On a hâte d’avoir quelques réponses !

    • Bonjour à tous 🙂 !

      Vos questions sont très intéressantes ! Pelico s’est bien renseigné est voici les réponses qu’il a trouvé :

      – Traditionnellement se sont les femmes qui produisent de l’huile d’argan. Avant que les coopératives n’existent, elles travaillaient seules chez elles et c’étaient leurs maris qui allaient vendre l’huile au marché. Elles ne gagnaient donc rien de ce travail qui était égal aux autres tâches domestiques (comme faire à manger, ou le ménage). La création des coopératives leurs a permis de s’organiser et de gagner leur propre argent !

      – Si les coopératives sont une bonne chose pour l’émancipation des femmes, il faut quand même remarquer qu’elles ne gagnent pas très bien leur vie… Leur salaire varie selon les coopératives, mais d’après les recherches de Pelico il peut aller de 1000 à 2000 Dirham (la monnaie marocaine) par mois. En Euro cela équivaut à 100 à 200 euros par mois. Le salaire minimum au Maroc est de 2500 Dirhams.

      – Vous avez été observateurs ! Officiellement l’âge de la retraite au Maroc est de 63 ans. Mais beaucoup de personnes travaillent de manière informelle. C’est à dire qu’elles n’ont pas bulletin de salaire, rien d’officiel et alors souvent elles ne touchent pas de retraite. C’est pourquoi on voit beaucoup de personnes âgées travailler sur les marchés par exemple, ou bien pour porter des valises avec un chariot, ou encore dans les coopératives.

      Voilà, Pelico espère vous avoir bien répondu !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.